Partagez cette page : "Le placebo n'existe pas"... enfin si...

"Le placebo n'existe pas"... enfin si...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum.osteopathe.com Index du Forum Ostéopathie techniques
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Vapocrackeur
Passionné


Inscrit le: 17 Juin 2010
Messages: 283

MessagePosté le: Sam Aoû 04, 2012 10:45 am    Sujet du message: "Le placebo n'existe pas"... enfin si... Répondre en citant

Le titre de l'article est provoc'. J'ai trouvé l'article intéressant, notamment pour redéfinir ce qu'est le placebo, et au final on constate bien que le "placebo" a une place primordiale... Reste à savoir ce qu'on entend par "placebo"...

L'article : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/01/72/86/Placebo.pdf


Plusieurs extraits pour les flemmards de la lecture ^^, et d'éventuels futurs débats...


Citation:
Il montre que les deux groupes de l’étude
Hrobjartsson sont, en fait, deux groupes placebo, car les patients du groupe
à évolution naturelle savent qu’ils font partie d’une étude clinique et sont
régulièrement évalués par les médecins. Ainsi donc, l’utilisation ou non
d’un « objet » placebo ne change rien, et c’est pourquoi les auteurs proposent
une nouvelle définition : « la réponse placebo est la réduction de l’un
des symptômes à la suite de la perception par le sujet des facteurs liés à l’intervention
thérapeutique ».

En gros, le simple fait d'aller consulter........

Citation:

On constate donc que la terminologie qui entoure ce fameux placebo est
extrêmement ambiguë, puisque l’effet placebo n’apparaîtrait plus lié à l’objet
placebo et que cette définition nouvelle nécessiterait de bien distinguer
« l’effet placebo », de « l’effet mesuré sur le groupe placebo » et de « l’effet
du placebo ».


Citation:
Afin de déterminer l’influence de ces trois facteurs, d’évaluer leur importance
relative et de voir comment ils peuvent être combinés pour apporter
une amélioration clinique, Kaptchuk (2008) a constitué trois groupes de
patients atteints du syndrome du colon irritable. Les premiers ont été placés
en observation sur une liste d’attente, les seconds ont reçu une acupuncture
placebo simple, et les troisièmes une acupuncture placebo accompagnée
d’une attention particulière du praticien (relation chaleureuse,
mise en confiance, attention soutenue
). Au bout de six semaines, on a
constaté un soulagement respectivement de 28 %, 44 % et 62 %. L’auteur
conclut que « les effets non spécifiques peuvent produire des résultats statistiquement
et cliniquement significatifs, et la relation patient-médecin en est
le principal composant
»


Citation:
Le pouvoir de la suggestion est connu depuis longtemps. On peut citer son
utilisation par Mesmer sous le fallacieux prétexte d’un prétendu magnétisme
animal ou, plus près de nous, par la fameuse méthode Coué.
Des études plus récentes mettent en évidence son rôle dans la mise en
oeuvre de l’effet contextuel. Ainsi, Thomas (1987) a suivi 200 patients
atteints de maladies fonctionnelles. Il les a divisés en 4 groupes recevant
placebo/rien et consultation positive/négative. Le premier groupe reçoit
donc placebo et consultation positive (assurance du bon diagnostic, certitude
de guérison), le second, consultation négative (hésitation sur le diagnostic,
manque de confiance dans l’évolution de la maladie) sans placebo et
les 2 autres groupes soit placebo et consultation négative, soit consultation
positive sans placebo. Après 2 semaines, 64 % des patients bénéficiant
d’une consultation positive voient leur état s’améliorer contre seulement
39 % pour les patients bénéficiant d’une consultation négative
. Mais on ne
constate aucune différence significative selon qu’ils reçoivent ou non un
placebo. L’amélioration constatée est donc due à la suggestion créée par le
médecin et n’a rien à voir avec la prise ou non d’objet placebo.
Ceci confirme bien que, comme l’écrivent Bourreau et Coichard (2003) : « il
est inutile de recourir à un placebo pour induire un effet placebo ». Ce qu’on
pourrait écrire plus clairement aujourd’hui en disant que l’objet placebo
n’est pas nécessaire à l’effet contextuel.


En gros ça appuie mes propos d'un autre topic où je suggérais (provoc') que l'on revoit notre formation, et que finalement on aurait bien plus intérêt à faire des études de "commerciaux" aux discours flatteurs, en apprenant grosso merdo à placer nos mains sur des endroits agréables... bon j'suis dans la provoc' en disant ça évidemment.
Et on aurait aussi tout intérêt à potentialiser au maximum ce fameux "contexte", à savoir, que placer dans sa pièce les posters d'anatomie, des pièces anatomiques, multiples bouquins professionnels , etc... a probablement une part toute aussi importante (?!) que l'action de nos mains...

Citation:

Alors ! Placebo es-tu là ? L’objet placebo est là et bien là ! Il sera encore
longtemps irremplaçable dans la réalisation des incontournables études
cliniques contrôlées.
L’effet du placebo, lui, est inexistant. Quant à l’effet « dit » placebo, si son
existence est incontestable, quoique limitée, il conviendrait plutôt de le
nommer simplement « effet contextuel », afin de mieux faire comprendre

[/quote]
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum.osteopathe.com Index du Forum Ostéopathie techniques Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Si vous avez aimé cette discussion, partagez-la sur vos réseaux sociaux préférés :


© Osteopathe.com All rights reserved