Partagez cette page : Recherche de patients souffrant de tennis elbow pour mémoire

Recherche de patients souffrant de tennis elbow pour mémoire
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum.osteopathe.com Index du Forum Etudiants en ostéopathie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
MaRie_
OsteOpatte Occasionnel


Inscrit le: 07 Juin 2006
Messages: 7

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 8:11 pm    Sujet du message: Recherche de patients souffrant de tennis elbow pour mémoire Répondre en citant

Je suis étudiante en cinquième année d’ostéopathie.
Dans le cadre de mon mémoire de fin d’études, je recherche des patients souffrant de TENNIS ELBOW. Je m’intéresse à l’apport de l’ostéopathie dans ce type de douleur. Je propose un traitement ostéo en trois séances de 45 minutes, espacées chacune d’environ deux semaines. Les consultations auront lieu à la clinique ADERO de l’Institut Supérieur d’Ostéopathie, à Lognes.
La condition pour participer à cette étude est de ne pas avoir changé de raquette ou de prise de raquette peu de temps avant l’apparition des premiers signes.
Si vous êtes concerné ou connaissez quelqu’un qui pourrait l’être, n’hésitez pas à me contacter assez rapidement en envoyant un mail à marie.neger@orange.fr

Merci pour votre aide !!!
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 8:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

bah tiens je serais curieux de voir le résultat, et surtout les techniques employées. J'ai une théorie sur l'origine des inflammations idiopathiques, y compris tendinopathiques, je peux te l'envoyer en MP si ça t'intéresse...
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hernesto
Grand OsteOpatte


Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 1727
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 8:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tout le monde n'y a pas le droit? :/
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 8:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

TRAITEMENT DES TENDINOPATHIES ET AUTRES INFLAMMATIONS IDIOPATHIQUES CHRONIQUES PAR MANIPULATION OSTEOPATHIQUE DU COLON


Lorsque l’on compare le système vasculaire de l’intestin grêle à celui du colon, il apparait que ce dernier est nettement moins fourni. Classiquement, on explique cette différence du fait que le grêle a un rôle de réabsorption beaucoup plus important. Le colon serait différencié seulement pour finir celle-ci, et former les matières fécales.

Il est légitime de penser que la fonction du colon ne se limite pas à la dégradation des quelques sucres et protéines présents à ce niveau. Son rôle dans la régulation active et passive des électrolytes est probablement sous-estimé. Ces échanges se font essentiellement avec le milieu interstitiel, et finalement, ne concerne que très peu le système sanguin. Ils sont encore peu connus d’un point de vue dynamique, les dernières études à ce sujet laissent supposer des mécanismes inattendus (1).

A l’autre extrémité, on retrouve des structures peu vascularisées, souvent nourries par « imbibition ». Les cartilages, tendons et ligaments par exemple, ont des systèmes vasculaires très pauvres voir inexistants. Plusieurs facteurs sont cités pour expliquer l’apparition et l’installation de pathologies inflammatoires chroniques à ces niveaux :
• Des sollicitations qualitativement ou quantitativement inadaptées
• Des troubles ostéo articulaires locaux ou à distance (radiculalgies par exemple)
• Des disfonctions posturales
• Des problèmes d’infection ou d’occlusion dentaire.
Et probablement d’autres encore…

Ces pathologies sont associées à des déséquilibres électrolytiques locaux. S’ils persistent, c’est que le système qui permet de réguler cette homéostasie est dysfonctionnel.

Le colon est probablement la « réserve » ionique dans laquelle les structures périphériques (tendineuse, articulaire, etc.) puisent les éléments nécessaire à un fonctionnement optimal. Reste à déterminer le moyen d’acheminement.
Dépôt n° D1235-1125
La consommation ou le rejet d’ions provoque un déséquilibre local, qui doit être compensé de proche en proche pour conserver l’homéostasie. Les zones adjacentes procurent les éléments nécessaires jusqu’à devenir elles-mêmes des régions en déficit ou en excès, et ainsi de suite. On peut imaginer que cette équilibration emprunte des voies assez précises, pourquoi pas celles décrites par nos amis chinois…(des études semblent indiquer que les marqueurs radioactifs suivent les trajets des méridiens (2)) ou plus simplement, le système interstitiel, lymphatique, le long des péritendons, des fascias musculaires, etc…

Cette réflexion est issue d’une constatation clinique, avec une corrélation systématique entre l’état inflammatoire de certaines régions des membres supérieurs et inférieurs, et la « souplesse » du colon.

L’objectif est de proposer une ou plusieurs hypothèses qui pourraient expliquer ces résultats. Il faut noter qu’une période de dix à quinze jours sont nécessaires entres la correction du colon et la normalisation de l’aspect inflammatoire à distance. Cette durée est considérablement réduite chez les sportifs de haut niveau (coureurs de fond, de raids…).

En ostéopathie viscéral, on considère que chaque organe abdominal a une mobilité liée à celle du diaphragme. En cas de dysfonction, cette mobilité disparait et une « fixation » de l’organe la remplace. Il apparait cliniquement que
• les épicondylites droites sont soulagées par la correction du colon droit.
• pour le coude gauche, les choses semblent moins systématiques, le colon droit semble toutefois prédominer là aussi.
• Pour les tendons d’Achille et rotulien, la correction du colon gauche annule la composante inflammatoire, et ce y compris chez les enfants souffrant des maladies de Sever et Osgood-slatter.
• Les angles splénique et hépatique ont des répercussions sur leur épaule homolatérale, avec une composante crânienne pour l’angle droit, pelvienne pour le gauche.
• Le colon transverse, lorsqu’il est fixé vers le haut génères des cervicodorsalgies chroniques, des lombalgies lorsqu’il est fixé vers le bas, des dorsalgies moyennes lorsqu’il est fixé dans les deux sens.
• Le caecum semble être en rapport avec le pied droit
• le sigmoïde semble plus lié aux muscles pelviens et au pied gauche.

S’il existe un lien entre l’aspect inflammatoire des tendinopathie (et enthèsopathies), et le colon, l’aspect radiculaire (C5-C6 pour le coude, S1 pour le tendon achilléen, etc.) n’est pas remis en cause, les deux paramètres se superposent.

La partie ascendante du colon n’a pas la même fonction que celle descendante. La fermentation (des sucres) a lieu en amont, a un Ph voisin de sept, alors que la putréfaction (des protéines) se fait en aval, avec un Ph autour de huit. On peut supposer que les ions fournis par ces deux régions ne sont pas qualitativement et quantitativement les mêmes, avec des besoins à distance qui diffèrent aussi (d’où une localisation à distance différente). Dépôt n° D1235-1125
En extrapolant, si on considère que les viscères à proximité du colon servent de relai à ces échanges, et si on attribue un méridien à chacun de ces organes, il suffit de rétablir la mobilité entre le colon et chaque organe dont le méridien semble affecté pour obtenir l’homéostasie électrolytique.

B.Jensen aurait noté la présence de matières fécales stagnantes en disséquant des colons humains. Si tel est le cas, on peut supposer que ces accumulations de matières nuisent à la qualité des échanges. Sinon, la membrane colique, les épiploons, ou la membrane de l’organe peuvent être incriminés.

La limite de ce traitement est liée à l’origine de la dégradation de ces échanges :
• Soit le système neurovégétatif est dysfonctionnel (atteinte du n.vague, splanchnique, plexus sacré…).
• Soit il existe un problème à distance (posture, crânio-sacré, etc.) ou local, qui entretient une contrainte inadaptée au niveau par exemple d’un tendon rotulien.
L’accalmie va alors durer de quelques semaines à quelques mois, puis on va constater une récidive, à moins bien sur que les problèmes sus cités n’aient été traités.



RONDEAU Stéphane (Ostéopathe exclusif, MKDE).

dépôt n° D1235-1125

Bibliographie :
1. Saijo, F., Milsom, A.B., Bryan, N.S., Bauer, S.M., Vowinkel, T., Ivanovic, M., Andry, C., Granger, D.N., Rodriguez, J. and Feelisch, M. (2009) On the dynamics of nitrite, nitrate and other biomarkers of nitric oxide production in inflammatory bowel disease. Nitric Oxide, sous presse.
2. Acupuncture meridians studied by radioactive tracers, Revue / Journal Title Bulletin de l'Académie nationale de médecine ISSN 0001-4079 CODEN BANMAC Source 1985, vol. 169, no7, pp. 1071-1075 (3 ref.)
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 8:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

je voulais pas flooder...allez-y assassinez moi, toute critique sera forcément constructive.
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hernesto
Grand OsteOpatte


Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 1727
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ya pas de flood, c'est comme cela qu'on avance.

De mon point de vue, je ne voyais pas de rapport entre un colon et une tendinopathie spécifique. Au niveau de la médecine traditionnelle "européenne", cela équivaudrait à penser que chaque partie du côlon va permettre le recrutement des électrolytes en rapport avec une articulation, or à priori, toutes les articulations ont les même besoin.

Je rajouterai juste, que majoritairement, pour beaucoup d'électrolytes, les échanges se font au niveau du rein (tubules contournés etc.).

Concernant les matières fécales, je te suis, c'est d'ailleurs une des indications de l'hydrothérapie du côlon comme elle est souvent pratiquée.

et enfin, concernant ton étude, elle date de 1985, il me semble avoir lu, -récemment- que justement les points d'acupuncture ne répondaient à rien d'anatomique, et donc à fortiori rien ne permettrait à des substances moléculaires de remonter ces méridiens, à vérifier, je n'ai eu que cette notion, je n'ai pas la source de l'article..
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Effectivement, elle est controversée, celà dit la contre étude ne me parait pas plus convaincante... disons qu'il y a là encore des choses à approfondir je pense.
Je ne pense pas forcément qu'il y ait un type d'électrolyte par articulation (quoique, c'est un tel "merdier" au niveau des bactéries du colon), je pense qu'ils sont acheminés électivements.
Le Ph de l'estomac ne pourrait par exemple pas rester à 6 en étant aussi proche de l'angle splénique dont le ph avoisinne 8/9. Ils y a forcément des structures qui cloisonnent, et pourquoi dirigent ces ions.
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Etude de la dynamique du métabolisme du NO
9 février 2010

Saijo, F., Milsom, A.B., Bryan, N.S., Bauer, S.M., Vowinkel, T., Ivanovic, M., Andry, C., Granger, D.N., Rodriguez, J. and Feelisch, M. (2009) On the dynamics of nitrite, nitrate and other biomarkers of nitric oxide production in inflammatory bowel disease. Nitric Oxide, sous presse.
(voir l’abstract ici)
Depuis quelques années l’habitude est prise de considérer les ions nitrate et nitrite comme des marqueurs fidèles de la production d’oxyde nitrique NO.
Le très important travail de Saijo et coll. fera date. Chez le rat, comme ils le démontrent, un processus inflammatoire localisé, en l’occurrence une inflammation colique expérimentale, est capable de déclencher des modifications du métabolisme de l’oxyde nitrique d’une complexité inattendue.
Les auteurs américains, qui oeuvrent à Boston (Massachusetts) et Shreveport (Louisiane), induisent chez des rats des colites, aiguës ou chroniques, en faisant ingérer aux animaux avec leur eau de boisson, selon des rythmes appropriés, du Dextran Sulfate de Sodium (DSS) à 5%. Pour essayer de comprendre la dynamique des modifications du métabolisme du NO ainsi induites, ils dosent de manière répétitive, presque chaque jour pendant 7 jours en cas de colite aiguë (ainsi que les 4 jours suivants) et à la fin des six semaines en cas de colite chronique, les taux de nitrate NO3-, de nitrite NO2-, de composés S- et N-nitrosés tant dans plasma que dans de nombreux tissus (côlon, cerveau, cœur, foie, rein, aorte, veine cave inférieure).
Dans le plasma, en cas de colite aiguë, les taux de nitrate et ceux de nitrite sont relativement bien corrélés avec l’index d’activité de la maladie (disease activity index ou DAI), du moins pendant la phase d’induction. Bizarrement, au quatrième jour suivant l’arrêt des ingestions de DSS, alors que le DAI baisse, ces taux de nitrate et ces taux de nitrite sont l’objet d’une évolution en sens contraire, c’est-à-dire d’une nouvelle ascension. Dans le plasma, en cas de colite chronique, les taux des nitrites augmentent proportionnellement davantage que ceux des nitrates, reflétant sans doute alors mieux que ces derniers l’activité de la maladie.
Dans les tissus, en cas de colite aiguë, l’évolution des taux des composés S- et N-nitrosés semble à peu près corrélée avec celle du DAI. Mais, encore bizarrement, dans tous les organes, côlon y compris, les taux de nitrite évoluent en sens inverse de l’activité de la maladie; ils baissent quand elle s’intensifie. Par contre, pendant la phase inflammatoire, les taux tissulaires de nitrate subissent peu de changements. Ainsi, dans les tissus, aucune des mesures des taux des dérivés du NO ne permet une appréciation vraiment fidèle du degré de l’inflammation colique, que celle-ci soit aiguë ou chronique.
La troisième constatation surprenante concerne plus précisément les ions nitrite. Leurs taux sont, en effet, susceptibles d’évoluer différemment selon qu’ils sont évalués dans le plasma ou dans un organe, le côlon par exemple. Ainsi, du 3ème au 7ème jour d’induction de la colite aiguë, les taux de nitrite continuent à s’élever dans le plasma alors qu’ils s’effondrent dans le côlon. Cette dissociation des taux des nitrites entre les espaces intra- et extravasculaires (compartmentalization between intra- et extravascular space) semble signifier qu’au cours de la réponse inflammatoire ces anions sont soumis à un certain nombre de phénomènes dont nous ignorons encore la nature et qu’il reste à identifier (seems to imply that this anion is under the control of yet unidentified mechanisms that are activated as part of the inflammatory response). A titre d’hypothèse, il pourrait, par exemple, s’agir de mécanismes en lien avec l’hypoxie tissulaire connue pour accompagner le processus inflammatoire


L'autre étude, histoire de vous éviter les recherches
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'essaie de faire une étude clinique, malheureusement, avant d'avoir un nombre de patient suffisant...
Si il y en a qui veulent l'éprouver... n'hésitez pas à me transmettre vos résultats.
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hernesto
Grand OsteOpatte


Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 1727
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

quickos a écrit:
je pense qu'ils sont acheminés électivements.


comment d'après toi?
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
quickos
Passionné


Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 221

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'en sais rien, les fascias, péritendons... je ne suis pas un érudit, j'ai juste essayé de comprendre une (des) constation(s) clinique(s), peut être faurait-il creuser du côté de l'embryologie, mais mes cours de PCEM1 sont teelllllllement loins...
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hernesto
Grand OsteOpatte


Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 1727
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun Nov 29, 2010 9:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Disons que "cartésiennement" j'ai du mal à concevoir un fascia achiléo-colique..

A voir, mais je pense que ta théorie sent bon que si on arrive à prouver que chaque articulation possède une "propriété".. (ou alors il faut regarder du côté de la médecine chinoise), et là ça devient compliqué, tant à prouver que sur un plan idéologique..

par contre l'existence de peptides antigènes d'origine colique ou entérique, suite à un déficit enzymatique (ou une suractivité enzymatique bactérienne) + facteurs d'installation : hypohydratation, surmenage, facteurs inflammatoires : tabac, chimio.. , + un déséquilibre ostéo articulaire me semble très personnellement plus recevable à l'heure qu'il est, et cela pourrait expliquer pourquoi on peut "atteindre" des tendinites par ces facteurs.

Ca n'est que ma pensée, mais beaucoup de processus sont à mon avis extrèmement poly factoriels.
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Corentin
Impliqué


Inscrit le: 29 Juil 2010
Messages: 106

MessagePosté le: Mar Nov 30, 2010 10:51 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas trop eu le temps de lire le thread, je parle donc un peu sans savoir, là...
J'ai récemment vu le sommaire d'une intervention (peut-être en kiné) d'un type qui partait du principe qu'une tendinite était ,contrairement à ce que bcp pensent, pas du tout, ou très peu inflammatoire. D'où la très faible efficacité des anti-inflammatoires.

Voilà, j'apporte pas grand chose au sujet Wink mais quickos avait l'air de bcp réfléchir sur l'inflammation
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ostéo18
Passionné


Inscrit le: 19 Fév 2006
Messages: 205
Localisation: Val de Marne ; Paris

MessagePosté le: Mar Nov 30, 2010 11:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

Messieurs ,
Merci pour cette discution enrichissante. pour le coup, ce n'est pas du babillage et c'est tout à l'honneur de ce forum quand il s'agit de reflexions intéressantes comme celle ci , au dépend de certaines digressions inutiles.

Une gastro-entérologue qui opère à la clinique du Louvre à Paris m'avait confié son attention portée sur les effets de la coloscopie dans la fonction retrouvée de certaines zones anatomiques ( en particulier , les épaules , genoux et chevilles) , l'amélioration de certaines céphalées, ou tout simplement sur l 'état général (fatigue,mauvaise humeur,tension nerveuse, etc...).

En effet , lors de coloscopies, ce médecin avec son endoscope , rencontre souvent des adhérences ( malgré la préparation au lavement bien suivie) et plus particulièrement aux angles coliques droit et gauche ,qu'elle brise volontairement ( pour pouvoir continuer son exploration) avec son outil ou involontairement.
Depuis plusieures années,elle s'est aperçu que les personnes chez qui des adhérences avaient été liberé lors de cet examen, lui faisaient part d'améliorations significatives dans les domaines évoqués susdits.

Pas difficile ensuite, en tant qu'ostéopathe , d'engager une conversation comme la vôtre avec ce médecin qui a pris le temps de se documenter sur le rôle fonctionnel du gros intestin , de la notion du 2ème cerveau ...et de l'interêt de l'approche ostéopathique sur les fascias du système digestif comme les épiploons, les mésos ...
La constation clinique , avec réflexions, analyses, corroborer par des écrits , permet effectivement , dans un esprit de libre échange, à certains médecins de pérorer, comme vous le faites, avec le monde ostéopatique.

voilà c'était ma petite remarque du jour dans la bonne humeur grâce à vous , je tenais à le dire . Very Happy
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
hernesto
Grand OsteOpatte


Inscrit le: 14 Oct 2008
Messages: 1727
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Nov 30, 2010 4:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(quitte à pousser ces "discutions" théoriques un peu plus loin sur d'autres sujets.. suffit qu'il y ait des partants.
On me MP si envie d'y participer, histoire que je jauge l'enthousiasme ?)
haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum.osteopathe.com Index du Forum Etudiants en ostéopathie Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Si vous avez aimé cette discussion, partagez-la sur vos réseaux sociaux préférés :


© Osteopathe.com All rights reserved